Über die Gesellschaft Preise Publikationen Symposien Literatur Links Kontakt Anmeldeformular
English Version

Der Globusfreund 57/58 (2011, für 2009/2010)

Summaries / Resumés

 

Abstract: Erhard Weigel's 'Pancosmos'

That the Jena mathematics professor Erhard Weigel (1625-1699) built globes has been discussed in pertinent literature. It is less well-known that he also designed and produced walk-in globes taller than a human being, so-called 'Pancosmos'.
A 'Pancosmos' is a world model and usually consists of a celestial plus a terrestri- al globe, the latter positioned at the centre of the former. The celestial globe has diameter of approximately five metres and can be entered through a door. Since the globe's surface, instead of depicting the stars, was perforated in the star locations, it was possible for light to penetrate to the sphere's interior, which created a planetari- um-like effect for persons placed inside the globe. Together with complex simulati- on of atmospheric phenomena like fog, lightning, thunder etc., the terrestrial sphere was also represented, thus entertaining observers who had entered the 'Pancosmos' with an extraordinary spectacle.
Among the 'Pancosmos' realised by Weigel, two specimens, for which there is written and pictorial evidence, are known best: (1) the globe mounted on top of the Jena Palace in 1661; and (2) the globe dedicated in 1696 to the Danish king Chri- stian V. The present article mainly describes these two ‚Pancosmos' specimens and explains how they operated. The functions of such celestial spheres as teaching aids and as representation objects are outlined.


Résumé: Le ‚Pancosmos' de Erhard Weigel
Déjà la littérature décrit que le professeur de mathématiques de Jena Erhard Wei- gel (1625-1699) fabriquait des globes. Cependant, il est moins connu qu'il concevait et fabriquait aussi des globes praticables de taille humaine appelés ‚Pancosmos'.
Un ‚Pancosmos' est un modèle du monde et est généralement constitué d'un globe céleste et terrestre, qui est situé au centre du premier. Le globe céleste a un diamètre d'environ cinq mètres et on peut y entrer par une porte. Comme à la surface du globe il y avait des trous à la place des étoiles permettant de laisser pénétrer la lu- mière à l'intérieur de la sphère, cela engendrait un effet similaire à celui d'un plané- tarium pour les personnes se trouvant à l'intérieur. Grâce à la simulation complexe de phénomènes atmosphériques tels que le brouillard, la foudre, le tonnerre, etc. la sphère terrestre était, elle aussi, mise en scène de manière impressionnante, de ma- nière à faire vivre au spectateur ou au visiteur du ,Pancosmos' une expérience hors du commun.
Grâce aux écrits et aux représentations picturales, surtout deux des ‚Pancosmos' réalisés par Weigel sont connus: 1., celui installé au château de Jena en 1661 et 2., celui dédié au Roi danois Christian V en 1696. Dans cet article, on décrit surtout ces deux exemplaires de ,Pancosmos' et leur mode de fonctionnement. En outre, on y décrit la fonction générale de ces sphères célestes comme un outil pédagogique et comme objet représentatif.

 

Abstract: Vincenzo Coronelli: A Career

The study briefly describes the steep career of the Venetian Minor Friar, cosmographer, map- and globe maker Vincenzo Coronelli (1650-1718) but also his tragic descent as a cleric and scientist. His magnificent globes had fully complied with the baroque spirit of the times. At this period Coronelli was highly esteemed and ho- noured in Republic of Venice, France and Europe. But with the dawn of the sober Age of Enlightenment and the associated astronomical and geographical revolution were Coronelli globes quickly became obsolete and ornamental objects without sci- entific value. Coronelli, in 1684 elected general of the Minorites, lost this office in 1704, after the monks had criticized his leadership and even accused him of abuse of religious funds. An official investigation confirmed this suspicion. The globe pro- duction operated by him in the monastery was inhibited. His last years of his life, Coronelli retreated in the monastery. The lucky star of Vincenzo Coronelli was set.


Résumé: Vincenzo Coronelli: Une carrière
L'étude décrit brièvement l'ascension fulgurante du moine minorite vénitien, cos- mographe, cartographe et créateur de globes, Vincenzo Coronelli (1650-1618), mais aussi son déclin tragique en tant qu'ecclésiastique et scientifique. Ses globes magnifi- ques correspondaient à l'esprit baroque de l'époque, en particulier la paire de globes géants conçus pour le roi français Louis XIV. À cette époque, les œuvres de Coro- nelli jouissaient d'une grande popularité auprès des puissants de l'Europe. Venise lui octroyait un salaire et le titre honorifique de « cartographe de la République ».
Avec l'âge sobre des Lumières et la Révolution» de l'astronomie et de la géo- graphie qui s'en suivit, les globes étaient considérés uniquement comme des objets d'art sans aucune valeur scientifique. Coronelli, qui fut nommé général de l'Ordre des minorites en 1701, perdit ce poste en 1704, après que certains frères envieux se soient plaints de ses médiocres capacités de dirigeant et l'aient même accusé d'avoir détourné des fonds d'État destiné à l'Ordre pour la production de globes; fait qui a été confirmé par une enquête. Ensuite, les ateliers du monastère ont été fermés. Ses dernières années, Coronelli, désormais méprisé, les passa surtout au monastère. Sa bonne étoile s'était éteinte.

 

Abstract: On the Reconstruction and Publication of Tobias Mayer's Moon Globe

On behalf of the Tobias Mayer Society at Marbach Mayer's unfinished moon glo- be has been reconstructed by using prints of the extant copper plates. For some missing gores of the segments new ones had to be reconstructed and amended. The paper describes requirements of the project and the adopted working techniques.


Résumé: À propos de la reconstruction et la publication du globe lunaire de Tobias Mayer
À la demande du musée 'Tobias Mayer Marbach e. V.', le globe lunaire inachevé de Mayer a été reconstruit en utilisant les plaques de cuivre et huit dessins à l›encre d›origine encore subsistants. Pour certains segments manquants, il a fallu réaliser des dessins supplémentaires. On décrit donc les conditions du projet et les techniques de travail utilisées.

 

Abstract: Two unusual Globes in the Oberösterreichisches Landes­ museum

Along with numerous attractive old globes, the Upper Austrian State Museum is displaying a 'globe sundial' and a so-called 'horological globe', two simple exhi- bits which are nevertheless extremely interesting from a scientific viewpoint. Both items were made in the 18th century, possibly by converting older terrestrial globes. In keeping with the educational ideas prevalent in the Age of Enlightenment, they appear to have been used as teaching aids in a higher school.
The sphere of the sundial was converted into a 'spherical' dial and a horizontal system of coordinates centred on Prague was added to its original equator system. The half meridian circle also had to act as a gnomon.
A mechanical clock movement is built into the interior of the 'horological globe'; this makes parts of the globe move, thus facilitating the illustration of more compli- cated methods of determining geographical latitude and longitude.


Résumé: Deux globes extraordinaires du Oberösterreichisches Landesmuseum
Le Oberösterreichisches Landesmuseum présente, en plus de nombreux globes anciens et attrayants, un ‚globe cadran solaire' et un ‚globe horloger', deux modèles d'expositions très intéressants, même si simples d'un point de vue scientifique. Les deux objets ont été créés au cours du 18ème siècle, probablement à partir de globes terrestres obsolètes transformés. Il semble qu'ils aient été utilisés dans une école secondaire comme outil pédagogique, vu la correspondance pédagogique à l'époque des Lumières.
La sphère du cadran solaire a été ajoutée comme cadran ‚sphérique' et à son système équatorial d'origine, un système de coordonnées horizontal avec Prague en tant que centre. Le demi-cercle-méridien devait également assurer la fonction d'un gnomon. Le ‚globe horloger' contenait une montre mécanique dans son centre qui action- nait des parties de la sphère pouvant ainsi présenter aux élèves des méthodes plus compliquées pour déterminer la longitude et la latitude.

 

Abstract: ‚Sphera solida' – a treatise on the celestial globe and its significance in late medieval astronomy

The Tractatus de sphera solida, which presumably follows an Arabic model, was composed in Latin in 1303. It is a manual for the construction and use of a celestial globe which can be mounted in a pedestal and which also has a cord mechanism enabling it to be suspended from the ceiling; the cords are marked with scales. The treatise, which was initially passed on to the universities as part of the Corpus astro- nomicum, was increasingly circulated together with other instrument-related texts and may have been the standard Latin work on celestial globes in late medieval Europe; no globes manufactured in line with these instructions have yet been found.


Résumé: « Sphera solida » – Un traité sur le globe céleste et sa signification dans l'astronomie de la fin du Moyen Âge Le
« Tractatus de sphera solida », probablement rédigé d'après un modèle Arabe, a été écrit en 1303 en latin. Il s'agit d'un manuel de construction et d'utilisation pour un globe céleste, équipé d'une possibilité d'installation sur un socle de globe et également d'une suspension à cordes pour le plafond dotée d'une échelle de mesure. Le traité d'abord adopté dans le milieu universitaire dans le cadre du ‚Corpus astro- nomicum', entra de plus en plus dans la communauté de tradition à l'instar d›autres textes scientifiques et peut être considéré comme l'ouvrage de référence latin de la fin du Moyen Âge sur le globe céleste en Europe centrale ; cependant, jusqu'à pré- sent on n'a trouvé aucun globe fabriqué selon ces instructions.

 

Abstract: Fra Mauro and the Modern Globe

The world map of 1460 from Fra Mauro's school, today one of the major attrac­ tions of the Museo Correr and the Bibliotheca Marciana in Venice, is justly consi­ dered to be the most important example of occidental cartography just before the onset of overseas discoveries. What kind of image of the earth's shape was the basis of 'Fra Mauro's Map'? What is the connection between 'Fra Mauro's Map' the mo­ dern globe concept?
The paper discusses the spherical model of the earth on which 'Fra Mauro's Map' is based and explains the map's overall conception, which is outlined in some anno­ tations as well as through the treatise On Lifting the Earth out of the Water-Sphere also represented on the map. Aristotle's nature philosophy, Ptolemaic geography and surveys of the known world together contributed to forming the image of half a globe, i.e. a hemisphere lifted out of the water­sphere, with the protruding surface enabling human settlement as well as experiences and descriptions by travellers on land and on sea, and by geographers.
Through its ring­shaped massive wooden profile, which encircles the known in­ habitable earth and coastal ocean, 'Fra Mauro's Map' depicts the limits of possible geographical experience generally assumed at that time. Only through Christopher Columbus's venture into the open ocean and Amerigo Vespucci's report about the discovery of the overseas antipodes was the former clear borderline of experience transcended that was still undisputed around 1460 among Fra Mauro's contempora­ ries. The process of overseas discoveries and their reception in the early 16th century widened the Old World's geography, giving rise to the image of the modern glo­ be. This contrasts with 'Fra Mauro's Map', the last important example of the Late Middle Ages' limited geography restricted to only one hemisphere.


Résumé: Fra Mauro et le globe moderne
La carte du monde de 1460 de l'école de Fra Mauro, aujourd'hui l'un des joyaux du Museo Correr et de la Biblioteca Marciana de Venise, est à juste titre considérée comme l'exemple le plus important de la cartographie occidentale à la veille des découvertes d'outre-mer. Quelle idée de la terre est à son origine ? De quelle façon la carte de Fra Mauro est-elle liée à la conception du globe moderne ?
La présentation explique le modèle sphérique de la Terre à l'origine de la ‚carte de Fra Mauro' et sa conception d'ensemble. Il est représenté grâce à des annotations individuelles et de la « Thèse sur l'émergence de la Terre de la sphère aquatique » reproduite sur la carte. La philosophie naturelle aristotélicienne, la géographie pto- lémique et les mesures du monde connu se complètent pour constituer l'image d'un demi-globe, un hémisphère émergeant de la sphère aquatique et dont la surface visible reste ouverte à la population humaine et à l'expérience et à la description des voyageurs, des marins et des géographes.
Avec une section en bois massif en forme d›anneau qui entoure la célèbre œcu- ménicité et l›océan côtier, la ‚carte Fra Mauro' montre les frontières reconnues à l'époque d'une possible expérience géographique. Ce n'est qu'avec la traversée de l›océan de Christophe Colomb et le récit d'Amerigo Vespucci sur la découverte des antipodes d›outre-mer, que cette limite de l›expérience, encore indiscutable pour Fra Mauro et ses contemporains en 1460, a été dépassée. Le processus des découvertes d›outre-mer et leur réception dans le début du 16ème siècle ont élargi la géographie du monde antique à l›image du globe moderne. Un monde auquel s'oppose la ‚carte Fra Mauro' ; le dernier témoignage important d'une géographie limitée à un hémisphère de la fin du Moyen Âge et du monde antique.

 

Abstract: Some Results from a Study of Johann Schöner's 1515 Terrestrial Globe

This article presents some of the conclusions from a forthcoming detailed study of Johann Schöner's terrestrial globe of 1515, one of the earliest surviving globes produced following the discovery of America. The differences between the two sur­ viving copies of the globe (in Frankfurt and Weimar) are examined; these differences are surprising, as the globe is printed. This comparison shows that the Weimar exemplar of the globe was very heavily restored at some point in its history, and thus is a less reliable witness of Schöner's cartography. It is demonstrated that one of Schöner's iconographical sources for the sea monsters on his globe was the Hortus sanitatis, an anonymous illustrated encyclopedia first published by 1491. Three other early sixteenth­century globes which have been associated with Schöner (the 'Green Globe', the 'Brixen Globe', and a globe which once belonged to Count Pilo­ ni di Belluno) are briefly discussed.


Résumé: Quelques résultats d'une étude sur le globe terrestre de Johann Schöner de 1515
L'article présente quelques-unes des conclusions tirées d'une étude détaillée sur le globe terrestre de Johann Schöner de 1515 ; l'un des globes les plus anciens créé après la découverte de l'Amérique et conservé. Les différences entre les deux exem- plaires subsistants (à Francfort-sur-le-Main et à Weimar) ont été examinées et ils ont été classifiés comme très grands compte tenu du fait qu'il s'agit d'impressions. Une comparaison a montré que le globe de Weimar a fait l'objet d'importantes res- taurations à plusieurs reprises dans le passé et qu'il ne peut donc pas être considéré comme un témoignage fiable de la cartographie de Schöner. L'étude montre que les sources iconographiques utilisées par Schöner pour le monstre des mers représenté sur le globe de l'Hortus sanitatis proviennent d'une encyclopédie illustrée anonyme, publié pour la première fois en 1491 sur le marché du livre. Trois autres globes du début du 16ème siècle pouvant être associés à Schöner (le « Globe Vert », le « Globe terrestre de Brixen » et un globe, qui appartenait autrefois au comte de Piloni de Belluno) sont également brièvement décrits dans l›article.

 

Abstract: The Manuscript Globes of Heinrich Arboreus and Philipp Apian: the History of their Creation


The Bayerische Staatsbibliothek keeps an artistically handcrafted pair of manuscript globes from the 16th century whose history of creation can be traced very well through written sources: The Bavarian Duke Albrecht V. (1550-1579), founder of the Court Library in Munich, had seen an impressive, non‑preserved globe pair in the trading family Fugger's Augsburg residence. Albrecht wanted to acquire the globes in 1572, which failed because of their poor state of repair. He therefore decided to commission a new globe pair for the library of his 'Antiquarium' in Munich, built during 1568-1571.
For this purpose, he first commissioned the Munich sculptor and stone-mason Hans Aernhofer to create two mountings ("… zwai Khugel gestel …"), which served as robust support for the globes until the second world war. They were, however, inadvertently exchanged with each other during their restoration in the 20th century.
From 1573 onwards, the professor of Greek language at the Landesuniversität Ingolstadt, Heinrich Arboreus, S.J. (c. 1532-1602), was engaged in the scientific elaboration of the celestial sphere. The mechanics and armature of the mounting was the work of the dukedom's clock-maker Ulrich Schniep; painting was accomplished by the Munich painter Hans Donauer the Elder († 1596). A manuscript by Arboreus containing two poems closely connected with the celestial sphere has also been preserved; probably the poems were meant to be inserted in the celestial sphere's two cartouches that have remained empty.
This oeuvre completed, the cartographer Philipp Apian (1531-1589) was commissioned with the geographical elaboration of the terrestrial sphere. For this purpose he was granted leave of absence from Tübingen University, where he had fled because of his religious belief. The terrestrial sphere, which is dedicated to its patron, was completed in late 1576. The inscription of the globe's numerous legends and cartouches containing many references to recent discoveries was carried out by Georg Rueshamer. This globe pair, unique in its artisanship, is among the most beautiful and largest created in the 16th century.


Résumé: À propos de l'origine des globes manuscrits d'Heinrich Arboreus et de Philipp Apian»
Dans la Bibliothèque de l'État de Bavière, on trouve une paire de globes ma- nuscrits magnifiquement travaillée datant du 16ème siècle, dont la genèse est très compréhensible grâce aux sources écrites. En effet, le Duc de Bavière Albrecht V (1550-1579), fondateur de la bibliothèque de la cour de Munich, avait vu dans la maison d'Augsbourg de la famille de marchands Fugger une paire de globes im- pressionnants, qui n'existent malheureusement plus, et qu'il voulait acheter en 1572, mais la transaction a échoué en raison du mauvais état de ceux-ci. Par conséquent, il prévoyait de faire fabriquer une nouvelle paire de globes pour la bibliothèque de son Antiquarium en construction de 1568 à 1571 à Munich.
À cette fin, il chargea d'abord le sculpteur et tailleur de pierre munichois Hans Aernhofer en 1574 de fabriquer une «... zwai Khugel gestel ...» (structure à deux sphères) qui constituait la structure robuste pour les deux globes jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Toutefois, elles ont été échangées lors des travaux de restauration au 20ème siècle.
À partir de 1573, le professeur de langue grecque à l'Université d'Ingolstadt, Heinrich Arboreus S. J. (env. 1532-1602), s'occupait du développement scientifique de la sphère céleste. La mécanique et l'armature de la structure ont été faites par l'horloger ducal Ulrich Schniep, cependant, la peinture fut réalisée par le peintre munichois Hans Donauer († 1596). De plus, il existe un manuscrit d'Arboreus, qui comprend deux poèmes étroitement liés au globe céleste et qui, à l'origine, devaient probablement être inscrits dans les cartouches restées vides de la sphère céleste.
Après l'achèvement de l'ouvrage, le cartographe Philippe Apian (1531-1589) fut chargé du développement géographique du pendant associé à la sphère céleste. À cette fin, l'Université de Tübingen, où il avait fui pour des raisons de croyances, lui a autorisé un congé correspondant. Le globe terrestre, que l'on attribue au donneur d'ordre, fut terminé à la fin de l'année 1576. L'inscription des nombreuses légendes et cartouches, les nombreuses références aux découvertes contemporaines ont été réalisées par George Rueshamer.
La paire de globes manuscrits compte parmi les plus beaux et les plus grands glo- bes du 16ème siècle et son modèle est unique.

 

Abstract: The astronomical Ceiling Paintings of the Benedictine Monastery St. Paul im Lavanttal

This paper examines the astronomical ceiling paintings of the Carinthian Ben- edictine Monastery St. Paul im Lavanttal. It is shown that St. Paul's hemispheres include only constellations depicted on the early and none on the later seventeenth century Dutch celestial globes. One special feature on St. Paul's ceiling painting, the dogs held in ‚Boötes's raised hand, makes it possible to single out one Dutch globe in particular as the main source, since ‚Boötes's dogs occur only on the celestial globe of 23 cm published by Willem Jansz. Blaeu in 1602.


Résumé: Les peintures astronomiques du plafond du monastère bénédic- tin St. Paul im Lavanttal
Le document décrit les peintures astronomiques du plafond du monastère béné- dictin St. Paul im Lavanttal en Carinthie. Cellesci démontrent que les hémisphères de St. Paul ne présentent que des constellations du début et pas non de la fin du 17ème Siècle. Un trait caractéristique des peintures du plafond de St. Paul sont les chiens que le bouvier tient en laisse avec la main levée, dont un certain globe néerlandais est la principale source. En effet, seul le globe céleste de Willem Jansz. Blaeu de 1602 représente les chiens du bouvier.

 

Abstract: The Diversity of Globes from Weimar. Selected Items made by the Landes-Industrie-Comptoir and the Geographisches Institut


Evidence of terrestrial and celestial globes from the Landes-Industrie-Comptoir (State Industry Office) and the Geographisches Institut (Geographical Institute), Friedrich Justin Bertuch's (1747-1822) successful Weimar consortium, has been found dating back to the 1790s. Over the following century, various models of the earth and the skies became established on the geographical and cartographical mar- ket. These give historiographic insights into the 100-year history of this central Ger- man geographical and cartographical specialist publisher. The following study traces the tradition of globe-making in Weimar. The objective is to capture the diversity of these celestial and terrestrial globes, accessories and other innovative cartographic artefacts for posterity.


Résumé: À propos de la diversité des globes de Weimar. Productions sélec- tionnées du ‚Landes-Industrie-Comptoir' et du ‚Geographisches Institut'.
L'existence des globes terrestres et célestes du ‚Landes-Industrie-Comptoir' et de ‚l'Institut géographique', l'entreprise à succès de Friedrich Justin Bertuch (1747- 1822) à Weimar, remonte aux années 1790. Pour le siècle suivant, ces modèles de la terre et du ciel dans des versions de qualités différentes se sont établis sur le mar- ché des connaissances géographiques et cartographiques. D'un point de vue histo- riographique, ceci donne des aperçus sur l'histoire de 100 ans de cette publication géographique et cartographique spéciale d'Allemagne centrale. L'étude suivante doit permettre de comprendre la transmission du site de production de globe qu'est Weimar. Le but est de comprendre de manière durable la diversité de ces globes terrestres et célestes et des équipements connexes aux globes et d'autres modèles cartographiques innovants.

 

Abstract: Digital Globes: their historical development


The present article discusses the development of globes influenced by digital in- formation and communication technologies. In 2005, responding to expected futu- re challenges arising in globe research, the 'Hyperglobe Research Group' (HRG) was founded at the University of Vienna (Institute for Geography and Regional Research); the spherical display (Ø 1.5 m) installed was the first of its kind in any European research institution. The possibilities offered by animation, interactivity and by 3D-technologies constitute the driving force behind the spreading of digital globes. Varieties of digital globes that have evolved as well as their respective fields of application are discussed in detail. Anyone may judge for themselves whether 'experiencing' digital globes will contribute to the replacement of analogous globes by digital ones in the future.


Résumé: L'evolution des globes numériques
Cet article traite du développement des globes sous l'influence des technologies d'information et de communication numérique. Pour satisfaire aux exigences futu- res de la recherche en matière de globe, on a, d'une part, fondé l'Hyperglobe Re- search Group (HRG) en 2005 à l'Université de Vienne (Institut pour la géographie et la recherche régionale) et, d'autre part, installé pour la première fois dans un éta- blissement de recherche européen un écran sphérique (Ø 1,5 m). Ce sont surtout les possibilités de l'animation, de l'interactivité et des technologies 3D qui représentent la force motrice de la propagation des globes numériques. On présente de manière plus détaillée les variations de globes numériques issues de ces technologies et leurs domaines d'application. À chacun d'évaluer de manière personnelle, dans quelle mesure le «phénomène» des globes numériques contribuera à remplacer le globe classique.

 

 

 

Impressum | Site Map | Kontakt | Last Update: